4 août : Commémoration des victimes de 14-18 en présence du Président de la République

Le Président de la République a rendu hommage aux victimes de la Première Guerre Mondiale 1914-1918 a l’occasion d’une visite en Belgique, notamment dans la ville de Liège en présence du Roi et de la Reine de Belgique.

Hommage aux victimes au Mémorial Interallié

Le Président de la République, lors de la cérémonie d’hommage aux victimes de la Première Guerre mondiale rassemblant le 4 août 2014 douze chefs d’État et les représentants des autres pays belligérants ou créés depuis le conflit, a rendu hommage aux soldats belges tombés pour défendre la Liège voici cent ans. Il a également souligné le lourd tribut payé par les populations civiles au cours de la « bataille des frontières » et le règne de la mort de masse qui a marqué le conflit. Rappelant la volonté de paix portée par la construction du Mémorial de Cointe en hommage aux martyrs, M. François Hollande a porté un message de paix, en rejetant la neutralité et en insistant sur les responsabilités de chacun :

« Nous ne pouvons pas rester neutres. Il y a une obligation d’agir. C’est l’Europe qui doit en prendre les responsabilités avec les Nations Unies. C’est le message que nous devons retenir aussi de cette journée. Nous ne pouvons pas être simplement des gardiens de la paix, des évocateurs du souvenir. Nous ne pouvons pas simplement évoquer le culte de la mémoire. Nous sommes aussi devant nos responsabilités ».

Le lien "inaltérable entre la France et Liège

Lundi 4 août 2014, le Président de la République s’est ensuite rendu à l’hôtel de Ville de Liège afin de célébrer le Centenaire de la remise de la Légion d’honneur à la Ville, en présence notamment de l’Ambassadeur de France, M. Bernard Valero, du député Philip Cordery, et du Consul général, M. Sylvain Berger. Lors de son discours, il a souligné les liens entre la France et la Cité ardente. Il a rappelé l’hommage rendu par la République française à Liège le 7 août 1914 et souligné le « lien de sang » entre les deux pays, illustré par l’entretien des sépultures de 35.000 soldats français en Belgique.

Il a conclu :

« Le mois d’août 14 fut terrible. Il fut terrible en Belgique et notamment ici, à Liège, qui a été présentée comme « sœur » de Verdun. La France – c’est le sens de ma présence ici– n’a rien oublié. La France tient aujourd’hui à exprimer sa fidélité, son respect, sa reconnaissance, sa gratitude à l’égard de la Belgique et à l’égard de la « Cité ardente ». Je n’ai donc qu’une seule formule. Elle est aussi simple que sincère : « merci, merci Liège ».

Willy Demeyer décoré de la Légion d’Honneur

Lundi 4 août 2014, le Président de la République a remis les insignes de la Légion d’honneur au Bourgmestre de Liège, M. Willy Demeyer, en remerciement notamment pour l’organisation des cérémonies de commémoration de la Grande guerre. Le discours a été l’occasion de souligner la francophilie liégeoise et le bon accueil de la Communauté des Français par la Belgique. En outre, M. François Hollande a rendu hommage à la francophonie qui relie Liège, la France et la Belgique.


« (…) mes compatriotes français vivent ici en nombre pour de bonnes raisons : parce qu’ils y sont heureux, parce qu’ils y sont bien accueillis et parce qu’ils y travaillent. Ils travaillent dans des entreprises françaises ou belges, et notamment les plus belles en matière de haute technologie. Il y a des coopérations remarquables entre nos universités, nos centres de recherche. C’est pourquoi la relation entre la ville de Liège et la France est si particulière, si complice, si connivente. »

publié le 13/05/2015

haut de la page