19/03/2014 : Conférence du Consul général au Club Richelieu

Le Consul général a donné une conférence au club Richelieu Charlemagne, basé près de Liège. Le club Richelieu est un cercle international promouvant la francophonie, et au service de la jeunesse.
Au cours de sa conférence, le Consul général a évoqué ses principales missions ou prérogatives en Belgique, les relations franco-belges, et l’état actuel de la francophonie dans le monde, à l’occasion de la Semaine de la Francophonie.

Merci au club Richelieu et à ses membres pour leur chaleureuse et conviviale invitation, et les intéressants échanges qui ont suivi l’exposé.

Voici ci-dessous un résumé de la conférence rédigé par Anne GIELEN, Secrétaire du Club Richelieu-Charlemagne :

La représentation Consulaire, jadis très présente chez nous, s’est vue diminuée progressivement. Plus de Consulat à Anvers, Gand ni Liège, il n’y a plus qu’une seule représentation générale basée à Bruxelles, en faveur de la création de nouvelles représentations diplomatiques françaises en Asie. Cependant, les besoins restent importants puisque qu’on estime compter au moins 190.000 français établis en Belgique, dont 25.000 binationaux et 5.000 agents travaillant pour l’Union Européenne, et très probablement d’autres ressortissants non officiellement recensés.

Des chiffres que nous cite Monsieur Berger, j’ai retenu que 3.000.000 de Belges passent leurs vacances en France (la majorité provient de Wallonie pour 15% de flamands). La récente et très médiatisée émigration des « grosses fortunes » françaises n’est pas très significative et en sens inverse, on compte 100.000 propriétaires belges en France ; si l’on compare au nombre d’habitants des deux pays respectifs, la proportion révèle bien l’attachement du Belge pour l’hexagone.

Un peu d’histoire à présent en cette année de commémoration de la première guerre mondiale : Monsieur Berger nous rappelle que notre bonne ville de Liège a retenu les allemands en 1914, ce qui permis à la France de préparer la bataille de la Marne ; la station de métro à Paris, qui depuis porte son nom, rappelle ce fait historique.

Une autre reconnaissance de la France envers nos compatriotes est celle vouée à la Brigade Piron qui, lors de la 2ème guerre mondiale, libéra les villages et villes de Normandie, Villers-sur-Mer, Deauville, Trouville-sur-Mer et Honfleur notamment (ceci pour les participants au week-end en Normandie).

Quelques anecdotes aussi : Si Anvers (Antwerpen) fut rattachée à la Belgique, ce fut grâce aux Français. Le passage de Napoléon Bonaparte fut également évoqué car, lorsqu’on visite le Grand Curtius, on nous rappelle le séjour qu’effectuèrent le Premier Consul et Joséphine de Beauharnais dans les murs de cet ancien hôtel particulier.

Un autre chapitre très important de l’exposé concerne celui de la langue française, la nôtre et celle partagée par 220 millions de personnes dans le monde (N.D.L.R. : Julos Beaucarne ne parlait que de 200 millions de personnes qui parlaient français, au Québec, à Rebecq, en Louisiane, au Vietnam…voilà poqwè…).

Le Français est la 5ème langue la plus parlée dans le monde, dans environ 200 pays, sur les 5 continents ; bien que le nombre soit en recul à présent, on considère que 350.000.000 de personnes parlent français quotidiennement. Les télévisions francophones telles que TV5 et RFI sont regardées respectivement par 55 millions de téléspectateurs par mois (et 35 par semaine) !

Les lycées français et l’Alliance française restent des vecteurs importants pour la diffusion de notre langue et de la culture française. La France bénéficie d’ailleurs de 90.000 professeurs de français dans le monde, ce qui reste impressionnant.

Au niveau des institutions européennes, alors qu’au début des années 1990 encore, 60% des textes étaient rédigés en français, ils ne le sont plus à présent qu’à 10%, élargissement de cette communauté oblige.

Charlemagne fut bien entendu évoqué, n’est-il pas selon certains, considéré comme le père fondateur de notre Europe ?

Enfin pour conclure, Monsieur le Consul nous signale que Liège sera en 2015, la ville Capitale de la francophonie et nous, d’espérer de le revoir et d’avoir le plaisir de le recevoir à nouveau avec autant de plaisir à cette occasion.

Anne Gielen

publié le 04/04/2014

haut de la page