Chronique des nécropoles, Opus 3, Le Mont Kemmel

La Bataille du Mont Kemmel fut un épisode décisif lors des premiers mois de la Grande Guerre. C’est aujourd’hui l’occasion de revenir sur cet épisode historique

Régulièrement, à partir d’une photographie de cimetière militaire, le Consulat se remémore une bataille pour laquelle des soldats français ont laissé leur vie.
Cette semaine, l’opus 3 de la Chronique des nécropoles se consacre au Mont Kemmel.

Le Mont Kemmel

Au printemps 1918, l’Etat Major allemand lance une grande offensive, la "Kaiserschlacht" (bataille de l’Empereur), jouant son va-tout sur le front de l’ouest. Deux assauts sont lancés en parallèle dans la Somme et en Flandre. L’offensive dans la Somme s’essouffle et finit par se briser davant la résistance des alliés.
Dans un quitte ou double désespéré, les allemands reportent leurs efforts sur la Flandre, espérant réduire le saillant d’Ypres et atteindre la côte pour couper la route des approvisionnements alliés.
Le 25 avril, les troupes françaises appelées en renfort sont confrontées aux troupes d’élite allemandes. Après de furieux combats, souvent au corps à corps, les allemands occupent le belvédère au sommet du Mont Kemmel.
La bataille de l’Empereur s’achève le 29 avril 1918, les alliés ont réussi à stabiliser le front empêchant l’ennemi de percer les ligne mais au prix de très lourdes pertes.
L’ossuaire du Mont Kemmel contient les restes mortels de 5294 soldats français dont 57 seulement sont identifiés. Un peu plus haut, dans le prolongement de l’ossuaire, un obélisque blanc de 16m s’érige représentant Victoria, la déesse romaine de la Victoire ; son regard dégage cependant une grande mélancolie : elle est appelée "l’ange triste du Mont Kemmel".
Cet ange rappelle le sacrifice des troupes françaises qui ont combattu en Belgique.


Relire l’opus 2 : Le cimetière de Saint Charles de Potyze et la bataille d’Ypres.


Relire l’opus 1 : La bataille de Virton

publié le 07/05/2015

haut de la page