Commémorations d’août 2014 : un moment fort du Centenaire de 14-18

Le mois d’août 2014 a marqué un des temps forts des commémorations organisées en Belgique à l’occasion du Centenaire de la Première Guerre mondiale. La dimension franco-belge des célébrations était importante : le Président de la République est venu à Liège le 4 août, manifestant ainsi l’importance que la France attache à la Belgique

Le mois d’août 2014 a marqué un des temps forts des commémorations organisées en Belgique à l’occasion du Centenaire de la Première Guerre mondiale. La multiplicité des évènements organisés en hommage aux victimes du conflit, en particulier les populations civiles, a été l’occasion de se rappeler les nombreux massacres du mois d’août 1914. En témoignent les hommages organisés dans les villes martyres de Dinant ou de Visé, les commémorations de la bataille de Liège qui fut payée d’un prix lourd par les troupes belges, ou celles ensuite de la bataille des frontières, si meurtrières pour les soldats Français.

La dimension franco-belge des célébrations était importante : le Président de la République est venu à Liège le 4 août, manifestant ainsi l’importance que la France attache à la Belgique, et (comme il l’a rappelé dans son discours à l’Hôtel de ville, en présence du Roi), au « lien du sang » indéfectible entre les deux pays ; il a aussi souligné la « belgophilie » des Français et la « francophilie » des belges, notamment ceux de la Cité ardente.

JPEG

Les hommages ont été souvent placés sous le signe de la réconciliation entre la France et l’Allemagne. Le dépôt de gerbes communes a manifesté la volonté de paix et de construction européenne qui est celle des deux Nations. La présence de l’Ambassadeur d’Allemagne à plusieurs évènements a été l’occasion de jouer l’hymne allemand, chose inédite par exemple à Bertrix. Il ne faut pas oublier que le drapeau allemand n’a pu être hissé à Dinant qu’en 2001, compte tenu des résistances locales.

La mobilisation d’un certain nombre d’associations a permis l’organisation de ces cérémonies. Par exemple, le Souvenir Français a pour vocation de maintenir la mémoire des morts pour la France qu’ils soient français ou étrangers. Sa mission est d’entretenir les sépultures et monuments commémoratifs et d’organiser les actions de Mémoire et hommages aux combattants de la liberté et du droit. Un réseau de délégués locaux est en place à travers le pays. Le Souvenir Français se soucie notamment de conserver la mémoire en Belgique de ceux et celles qui sont morts pour la France. De même, des porte-drapeaux français, membres de l’Union des Sociétés militaires françaises de Belgique, ont été présents à plusieurs cérémonies. Mais les associations belges locales ont souvent initié et bien contribué à porter ces premières commémorations, notamment les associations de vétérans, et les comités de parrainage des tombes, qui ont fleuri les nécropoles, personnalisé le souvenir des disparus, ou organisé des pèlerinages aux environs, « sur les pas de la mémoire », ou des conférences historiques.

A plusieurs occasions, des délégués, descendants de combattants, ou spectateurs venus de diverses régions françaises se sont rendus en nombre aux cérémonies. Ainsi, des délégations du Finistère, et de l’Union des Bretons de Belgique étaient accompagnées d’un « bagad » à la cérémonie d’Anloy-Maissin. Autre exemple, un régiment de Montauban et la fanfare militaire de Metz ont marqué de leur présence les cérémonies, soulignant la volonté des Français d’être représentés dans leur diversité pour cet évènement.

Enfin, le Centenaire a été l’occasion d’initiatives diverses pour préserver la mémoire des conflits européens du XXe siècle. Par exemple, la Chaîne Youtube warveterans.be met régulièrement en ligne des interviews filmées de témoins racontant leur expérience de la guerre. Cette initiative de l’Institut belge des Vétérans/Institut National des Invalides de Guerre garantit une conservation et une transmission de la Mémoire de la guerre.

A l’issue de ce mois d’août si dense en commémorations (essentiellement en Wallonie à ce stade), l’Ambassade et le Consulat général (qui entretient les 115 nécropoles françaises en Belgique accueillant des tombes ou ossuaires de soldats français morts pendant la 1ère guerre mondiale) souhaitent saluer le dynamisme du tissu associatif, signe de la fidélité des Belges autant que des Français et des Allemands à leur devoir de mémoire, ainsi que le remarquable travail également effectué par l’ensemble des administrations communales, provinciales et régionales belges (sans oublier les représentants militaires du Roi, venus à Ethe-Virton et Auvelais), qui a permis de rendre un 1er hommage digne de ce centenaire aux nombreuses victimes, civiles et militaires, du premier conflit mondial.


L’évenement ouvrant les commémorations du mois d’aout : le déplacement du président Hollande a Liege (4.08)
A l’occasion des premières cérémonies de commémoration du Centenaire de la Première Guerre Mondiale en Belgique, la « Patrouille de France » et la Musique des Forces terrestres sont intervenues lors de l’inauguration de la cérémonie du centième anniversaire de la remise de la Croix de la Légion d’Honneur française à la Ville de Liège.

Le Président de la République, à Cointe, lors de la cérémonie d’hommage aux victimes de la Première Guerre mondiale rassemblant le 4 août 2014 douze chefs d’état et les représentants des autres pays belligérants ou créés depuis le conflit, a rendu hommage aux soldats belges tombés pour défendre Liège voici cent ans. Il a également souligné le lourd tribut payé par les populations civiles au cours de la « bataille des frontières » et regretté le règne de la mort de masse qui a marqué le conflit.

JPEG

Lors de son discours à l’Hôtel de Ville de Liège, en présence du Roi Philippe et de la reine Mathilde, il a souligné les liens entre la France et la Cité ardente. Il a rappelé l’hommage rendu par la République française à Liège le 7 août 1914 et souligné le « lien de sang » entre les deux pays, illustré par l’entretien des sépultures de 35.000 soldats français en Belgique. Il a remis les insignes de la Légion d’honneur au Bourgmestre de Liège, M. Willy Demeyer, en remerciement notamment pour l’organisation des cérémonies de commémoration de la Grande guerre. Son discours a été l’occasion de souligner la francophilie liégeoise et le bon accueil de la Communauté des Français par la Belgique. En outre, M. François Hollande a rendu hommage à la francophonie qui relie Liège, la France et la Belgique.

Compte tenu des liens historiques ainsi forgés entre notre capitale et Liège, une maire-adjointe de Paris et le Préfet de la région Ile-de-France étaient également présents à l’Hôtel de ville ; outre l’Ambassadeur, le Consul général, l’attaché militaire de l’ambassade, et notre consul honoraire à Liège étaient présents, ainsi que le général Rouby, représentant militaire français auprès de l’Otan et de l’UE, et bien sûr les présidents de toutes les associations françaises de Liège.

JPEG

La cérémonie du 4 Août rassemblant 12 chefs d’Etat et les représentants de nombreux gouvernements, a été l’occasion de célébrer le centenaire de la bataille de Liège au cours de laquelle la Cité ardente a démontré une résistance héroïque face à l’Ennemi. Après la mort du cavalier Antoine Fonck, premier soldat belge tué lors de ce conflit, la Bataille de Liège débuta le 6 août 1914. Malgré une défense tenace des troupes belges, et leur esprit de sacrifice souvent, la prise de Liège ne put être empêchée. La reddition des forts de Flémalle et Hollogne mit fin à la bataille de Liège le 16 août ; Liège fut victime d’atrocités (fusillade de 17 civils choisis au hasard le 20 août 1914). Mais le temps ainsi perdu par l’armée allemande permit à la France de remporter en septembre la victoire décisive de la Marne. Il est probable que sans ce répit, Paris serait tombée très vite, comme en 1870.

Auparavant, la ville proche de Visé avait été presque entièrement incendiée et démolie : 42 Visétois massacrés, 600 maison rasées (commémorations du 4 et du 15 août).

Le soir du 4 août, l’Ambassadeur de France en Belgique, M. Bernard Valéro, et le Consul général de France à Bruxelles, M. Sylvain Berger, ont représenté notre pays aux belles commémorations britanniques du cimetière anglo-allemand de Saint Symphorien, près de Mons, en présence du Premier ministre David Cameron, des princes William et Harry, et du président fédéral allemand.


chronologie des commémorations

Thy le Chateau (2.08)

Samedi 2 août 1914, le Consul général de France à Bruxelles, M. Sylvain Berger, était déjà présent à la Commémoration des deux guerres organisée à Thy-le-Château, en présence du bourgmestre de Walcourt faisant fonction. La cérémonie a été l’occasion d’inaugurer des plaques commémoratives en l’honneur des soldats français tombés sur le territoire de la commune. Une réception fut ensuite donnée par le Comité patriotique de Thy-le-Château.

JPEG

Nieuport (3.08)

Dimanche 3 août 2014, le Consul général de France à Bruxelles, M. Sylvain Berger, était présent à la cérémonie de commémoration nationale organisée à Nieuport en l’honneur de S.M. le roi Albert Ier et aux héros de l’Yser. Un hommage fleuri a été rendu au Mémorial de la 81e Division d’Infanterie Territoriale (DIT) Française puis au Monument britannique.

JPEG

Herstal (6.08)

Les deux ambassadeurs de France et d’Allemagne ont déposé une gerbe commune au monument de la ville d’Herstal.

Houffalize (10.08)

Le dimanche 10 août, l’Ambassadeur de France, M. Bernard Valéro, s’est rendu à Houffalize, à l’invitation du bourgmestre, pour participer à la commémoration de la mort au combat du premier soldat français sur le sol belge, au tout début de la Grande Guerre.

Âgé de 25 ans, cavalier au 23e régiment de dragons, Henri Sébald a été tué par un soldat allemand au cours d’un affrontement qui se déroula à 7h30 au matin du 7 août 1914. L’Ambassadeur de France s’est d’abord rendu à la cérémonie commémorative au cimetière d’Houffalize puis il s’est incliné sur la tombe d’Henri Sébald, aux côtés des descendants de ce soldat français, en présence d’un représentant du gouvernement de la région wallone, M. René Collin, ministre de l’agriculture.

JPEG

Dinant (15.08)

Vendredi 15 août 2014, l’Ambassadeur de France en Belgique, M. Bernard Valero, a participé aux cérémonies du Centenaire du début de la première guerre mondiale à Dinant. Il était accompagné du Consul général de France à Bruxelles, M. Sylvain Berger. Etaient également présents l’Ambassadeur d’Allemagne, le bourgmestre de la ville, le commissaire fédéral belge pour les commémorations, le gouverneur et le commandant militaire de la province, les maires des villes françaises voisines de Charleville-Mézières et Givet, ainsi que le petit-fils de Konrad Adenauer, un neveu du général de Gaulle et le petit-fils du colonel Stirn, qui commandait le régiment du lieutenant De Gaulle.

Une cérémonie a eu lieu dans la nécropole française de la citadelle, où près de 1000 soldats tombés pendant le premier conflit mondial sont inhumés. Les Ambassadeurs de France et d’Allemagne ont déposé une gerbe commune avant de saluer la réconciliation et la construction de l’Europe.

Une statue du Lieutenant de Gaulle fut ensuite inaugurée, près du pont du même nom, près de l’endroit où il fut blessé ce jour-là, avant d’être évacué avec l’aide de civils belges.

Une réception à l’Hôtel de ville a conclu cette belle matinée, occasion d’inaugurer une exposition sur les destins croisés et européens du Général de Gaulle et de Konrad Adenauer.

Le lendemain, le Consul général a assisté à Dinant à une conférence de l’historienne française Frédérique Néau-Dufour sur « la première guerre de Charles de Gaulle », en présence de son neveu, et du Président de la « Fondation Charles de Gaulle », M. Jacques Godfrain, Ancien ministre.

JPEG

Loncin (15.08)

Vendredi 15 août 2014, l’Ambassadeur de France en Belgique, M. Bernard Valéro, était présent aux cérémonies du 100ème anniversaire de la chute du fort de Loncin, près de Liège. Un dépôt de gerbes au Monument du Fort a été suivi de plusieurs allocutions.

Cette cérémonie a rendu hommage aux défenseurs du fort, qui constituèrent une résistance tenace face à l’ennemi au cours de la bataille de Liège. Le 15 août 1914, un obus tiré par le canon surnommé « Grosse Bertha » s’était écrasé sur la poudrière du fort, alors bombardé depuis 3 jours. Les douze tonnes de poudre qui y étaient abritées s’embrasèrent, causant la mort de 350 soldats, qui reposent toujours dans les ruines de ce fort devenu leur tombeau. Il est le seul parmi les 12 forts édifiés pour la défense de Liège à ne pas s’être rendu.

JPEG

Vise (15.08)

Le Consul général de France à Bruxelles, M. Sylvain Berger, était présent le 15 août à Visé pour commémorer le Centenaire de la destruction de la ville et rendre hommage aux habitants massacrés ou déportés de la 1re Ville martyre de Belgique du premier conflit mondial.
Étaient également présents l’Ambassadeur d’Allemagne, M. Eckhart Cuntz, le Bourgmestre, M. Marcel Neven, ainsi que les représentants des associations patriotiques, accompagnés d’une foule nombreuse venue assister à la manifestation. Deux jeunes Visétois ont rappelé par des récits émouvants le déroulement des actes de barbarie qui coûtèrent la vie à 42 civils (dont les noms ont été cités un à un) et amené la déportation de 631 habitants. La cérémonie a été l’occasion d’inaugurer la sculpture « L’arbre d’orientation », place des Déportés.

JPEG

Commémorations des 22/23/24 aout 2014

Auvelais, Aiseau, Tamines (22.08)

Le Vendredi 22 août 2014, le Centenaire de la Bataille de la Sambre était mis en lumière par l’asbl Centenaire 14-18 en val de Sambre. Monsieur Patrick Fers, Premier Conseiller de l’Ambassade de France, y était présent, aux côtés du Représentant du roi, du bourgmestre de la ville (également président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles), et de l’ambassadeur d’Allemagne. Le chargé d’affaires de France et l’ambassadeur d’Allemagne ont déposé une gerbe commune.

Un hommage national a été rendu aux deux nécropoles françaises de la Belle-Motte à Aiseau-Presles, Fosses-la-Ville et du Phare Breton à Auvelais, où près de 4.500 soldats français sont inhumés. Un détachement militaire de Charleville-Mézières et une fanfare militaire de Metz ont rendu les honneurs. De nombreux Bretons, dont les communes sont liées depuis 1914 à la région de Sambreville, s’étaient joints à la foule des Belges qui montraient qu’ils n’avaient pas oublié les jours d’horreur des 22, 23 et 24 août 1914. Une délégation de l’Union des Bretons de Belgique était également venue.

Un reportage de TéléSambre sur la reconstitution de la bataille de Roselies :
http://www.telesambre.be/centenaire-14-18-commemorations-14-18-la-bataille-de-roselies_d_10799.html

JPEG

Ethe-Virton (22.08)

Le Consul général de France à Bruxelles, M. Sylvain Berger, était présent aux commémorations d´Ethe-Virton le 22 août 2014.

En présence d´un représentant militaire du Roi, un hommage a été rendu à la nécropole militaire française, superbement fleurie par les jeunes membres de l’actif comité de parrainage des tombes, aux milliers de soldats français morts au cours des combats ce jour-là, le plus meurtrier de l´histoire de l´armée française, ainsi qu´aux dizaines de prisonniers ou blessés français qui furent exécutés ce jour-là par les soldats de l´armée impériale allemande. Etaient également venus des édiles et représentants de plusieurs villes normandes (Argentan notamment), dont beaucoup de ces soldats français étaient originaires.

Une plaque a été inaugurée en hommage au Lieutenant-Colonel de Hautecloque, en présence des descendants de la famille et d´un petit-fils du Maréchal Foch. Enfin, une messe a été célébrée au monument consacré aux 282 civils belges assassinés ce jour-là.

JPEG

Dixmude (22.08)

Vendredi 22 août 2014, le Consulat général de France était représenté par M. Derrick Gosselin, Consul honoraire de France à Bruges, à la cérémonie commémorative annuelle, belgo-franco-canado-américaine. Une gerbe de fleurs a été déposée au Monument des Fusilliers Marins, en hommage à la brigade de 6000 fusiliers marins qui, sous les ordres de l´amiral Ronarc´h, avait été envoyée sur le front de l´Yser en octobre 1914. Le bilan de la bataille fut une tragédie pour les Français : près de 500 morts, 1.900 blessés et 700 prisonniers ou disparus, soit au total près de 3.000 hommes morts ou hors de combat. Des cérémonies plus importantes auront lieu dans la région de Dixmude les 11-2 octobre, avec une importante représentation militaire française.

JPEG

Dinant (23.08)

Samedi 23 août 2014, le Consul général de France à Bruxelles, M. Sylvain Berger, était présent aux Commémorations organisées en hommage aux victimes civiles de la Bataille de Dinant.

Après l’échec de la prise de la ville par l’armée allemande le 15 août 1914, c’est 8 jours plus tard (le 23 août 1914) que des atrocités furent commises sur les civils. Dinant fut la première ville martyre du conflit par le nombre de civils exécutés et par l’étendue de la destruction. Au total, près de 674 hommes, femmes et enfants, soit près de 10% de la population, furent passés par les armes et jetés hâtivement dans des fosses communes ; près des 2/3 du territoire bâti fut réduit en cendres.

Après un service religieux à la Collégiale, le Roi des Belges a inauguré un mémorial portant les noms de l´ensemble des 674 victimes civiles du massacre, en présence de l´Ambassadeur d´Allemagne, du Consul général de France à Bruxelles, du Préfet des Ardennes, du Maire de la ville voisine de Givet et du Consul honoraire de France à Namur. Une inscription du mémorial rappelle l´horreur des massacres de civils dans cette ville-martyre : « 100.000 morts, c´est cent mille fois une mort ».

Tournai (24.08)

Le 24 août 2014, le Consul général de France à Bruxelles, M. Sylvain Berger, a participé aux cérémonies de commémoration des combats de Tournai, au « Monument des Vendéens ». En présence du Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et Bourgmestre de Tournai, M. Rudy Demotte, et du Consul honoraire à Tournai, M. Michel Bodson, un hommage a été rendu au sacrifice de ces soldats français tombés le 24 août 1914. Le maire adjoint de Villeneuve d’Ascq, ville proche, était également présent. Chaque année, on rend hommage à ces Français venus de Vendée combattre et mourir, face à des Allemands supérieurs en nombre et en matériel.

JPEG

Bertrix/Carnieres-Collarmont/Chatelet/Anloy-Maissin (22/23/24.08)

Le 22 août, le Consulat général était représenté notamment par M. Christian Girodo, vice-consul, à l´Hommage rendu aux victimes de la bataille de Luchy, dont beaucoup reposent au cimetière militaire de Bertrix. Cette commémoration a rappelé que les armées françaises et allemandes se sont affrontées à Luchy le 22 août lors de la bataille des frontières  ; la cérémonie s´est déroulée en présence d´une trentaine de porte-drapeaux, et d´un représentant de l´Allemagne, signe que la commémoration du Centenaire du premier conflit mondial symbolise aussi la réconciliation entre les nations européennes.

Le 23 août, M. Girodo a assisté au 100e anniversaire de la « Bataille de Châtelet », qui vit l´engagement du 36e régiment d´infanterie, au sein de la 5e Armée, se solder en quelques heures par 1.250 soldats tués, blessés, disparus et prisonniers.

Le dimanche 24 août, le représentant du Consul général a participé à une très belle commémoration à Anloy et à Maissin, rehaussée par la présence d´un public particulièrement nombreux (près de 1.000 spectateurs), ainsi que d´élus français et belges, d´un représentant allemand et de nombreuses délégations : près de 70 porte-drapeaux, une délégation bretonne accompagnée d´un « bagad », une délégation de Gascons ainsi que les représentants d´un régiment de Montauban.

Anloy :
http://www.tvlux.be/video/libin-1418-anloy-se-souvient_17101.html
Maissin :
http://www.tvlux.be/video/paliseul-1418-les-bretons-a-maissin-_17099.html

JPEG

Gomery/Bleid (Ethe-Virton II) (24.08)

Les villages de Gomery et Bleid (commune de Virton) se souvenaient le 24 août des tragiques journées des 22-24 août 1914. A Gomery, une centaine de soldats français blessés à la bataille d’Ethe-Virton étaient soignés dans un hôpital de campagne. Les Allemands les ont fusillés le 22 août avec leurs médecins et leurs infirmières. Ce 22 août 1914 était pourtant précisément le 50° anniversaire de la signature de la toute première Convention de Genève, qui avait pour objet la protection des blessés de guerre. La Prusse en était signataire, comme la France et la Belgique.

Le Bourgmestre de Virton, M. François Culot, a présidé les cérémonies en présence de descendants de soldats du 14° Hussards et de nombreux habitants de Virton. M. Patrick Fers, Premier conseiller de l’ambassade de France, et Chargé d’affaires, a fleuri les monuments des deux villages.

Le mois d’août a été le moment d’un grand nombre de commémorations, notamment celles dédiées à la Bataille de la Sambre et la Bataille des Frontières qui se déroulèrent lors de la Guerre 14-18 et causèrent la mort de dizaines de milliers de soldats français et belges, et le massacre de plusieurs milliers de victimes civiles.
D’autres évènements auront lieu en Wallonie et en Flandre, jusqu’à la fin de cette année de Centenaire. Rien qu’en septembre, une cérémonie aura lieu au cimetière français de Rossignol, le 12 septembre ; le « Belgian memorial day », le 20 septembre à Bruxelles, sera l’occasion de lire solennellement les noms, notamment, de 1.500 soldats français tués dans les combats de 1914 en Belgique. Enfin, la bataille de la Lys sera commémorée le 7 septembre à Zulte-Machelen en hommage aux soldats français tombés cette fois durant les trois semaines de combat d’avril 1918.

Pour finir, il ne faudrait pas oublier que 2014 marque aussi les 70 ans de la Libération de la France et de la Belgique. La cérémonie à Molenbeek du 70ème anniversaire du passage de la brigade Piron aura lieu le 4 septembre, en présence de l’Ambassadeur. Cette unité belgo-luxembourgeoise participa à la bataille de Normandie et à la libération de la Belgique aux côtés des armées alliées pendant la Seconde Guerre mondiale.

publié le 06/05/2015

haut de la page