Entretien : Clarit Alofs, proviseur du Lycée Français d’Anvers

Depuis la fermeture de notre Consulat général à Anvers en 2011, le lycée Français International reste le principal ancrage de la présence française dans cette ville et il est le seul établissement dispensant l’enseignement français en Flandre. Mme Clarit Alofs est, depuis septembre 2012, Proviseure du Lycée Français d’Anvers.

Créé en 1919, ce Lycée avait originellement vocation à accueillir la bourgeoisie francophone anversoise ; il est devenu Lycée Français voici une vingtaine d’années. On trouve environ 40 % de Français dans le total des effectifs, avec des Belges francophones et néerlandophones, puis des expatriés de pays tiers. Ses filières bilingues français-anglais et français-néerlandais constituent autant d’atouts et de compléments judicieux aux formations existantes dans les autres établissements.

Mme Clarit Alofs est, depuis septembre 2012, Proviseure du Lycée Français International d’Anvers. Née aux Pays-Bas, devenue française par mariage, elle a un parcours aussi impressionnant qu’atypique : bac scientifique néerlandais, études de communication aux Etats-Unis, doctorat en biologie à Groningen aux Pays-Bas puis DEA d’océanologie l’Université d’Aix-Marseille 2. Elle commence son parcours professionnel dans le secteur privé comme chargée d’études économiques et marketing, puis dans le tourisme, avant d’administrer un théâtre.

De là, elle se réoriente vers l’enseignement : elle est major de sa promotion de l’IUFM d’Ajaccio, enseigne le Français à Béziers, puis dirige le Centre Départemental de Documentation Pédagogique pendant cinq ans. Elle réussit ensuite le concours de personnel de direction et rejoint son premier poste à Manosque.

C’est à ce moment-là qu’elle sera choisie pour diriger le Lycée Français International Anvers !

Interview :

Vous êtes née au Pays-Bas, puis avez acquis la nationalité française. Pouvez-vous nous expliquer votre itinéraire biculturel ?

Mon parcours universitaire m’a conduit aux Etats-Unis et en France. Mais c’est la vie et mon amour pour sa langue et sa culture qui m’ont fait rester en France.

Qu’est-ce qui vous a amenée au Lycée Français ?

Après une carrière dans le secteur privé, j’ai vu l’enseignement comme un nouveau défi professionnel. J’ai exploré des aspects très variés de notre service public d’enseignement.
En tant que personnel de direction et avec mon parcours international, travailler pour l’AEFE s’est imposé comme une évidence. Je suis arrivée à Anvers, aidée par ma maîtrise du néerlandais, qui est un atout pour notre lycée en Flandre.

Quelles sont vos priorités pour le Lycée Français International d’Anvers ? Quel serait votre message pour les Français de Belgique ?

Le lycée veut augmenter ses effectifs et doit mieux se faire connaitre. Aux Français en Belgique qui ne connaissent pas toujours notre existence, je dirais que notre lycée est la seule formation bilingue français-néerlandais proposée à Anvers et qu’il est complémentaire à l’offre du lycée Jean-Monnet. Anvers est une ville cosmopolite : de nombreuses communautés s’intéressent aussi à notre offre de formation bilingue français-anglais et français-néerlandais. Aucun autre établissement international à Anvers ne propose un enseignement plurilingue.

(Photo : Merel t’Hart)

JPEG

publié le 22/08/2016

haut de la page