Focus sur une association : L’Amicale des agronomes français de Belgique (AAFB)

PNG
L’Amicale des agronomes français de Belgique (AAFB), se veut depuis sa création comme un point de rencontre pour les anciens élèves de toutes les écoles d’ingénieur agronome de France et aussi aux anciens élèves d’école d’ingénieur en Agriculture. La position privilégiée de Bruxelles, au centre de l’Europe agricole, a conduit l’Amicale à avoir des contacts avec les agronomes d’autres nationalités européennes, ainsi que de temps à autre à proposer des activités ouvertes à des participants au-delà du groupe, intéressés par les visites ou conférences organisées par l’Amicale, comme par exemple le personnel de la direction générale Agriculture ou des membres de la Confédération générale de la coopération agricole (COPA-COGECA).
Les activités de l’Amicale des Agronomes Français en Belgique visent autant les contacts entre ses membres, grâce à des occasions conviviales de rencontre, qu’à offrir des possibilités de maintenir le contact avec la matière agronomique. L’AAFB contribue ainsi à faciliter l’accueil des agronomes nouveaux venus à Bruxelles, que ce soit au sein des Institutions européennes ou pour d’autres activités.
Son président Sylvain Lhermitte, également conseiller consulaire auprès des Français de Belgique, a accepté de répondre à nos questions

JPEG

-MONSIEUR LHERMITTE, POUVEZ-VOUS-VOUS PRESENTER EN QUELQUES MOTS ?

Je m’appelle Sylvain Lhermitte, j’ai fait l’Institut National Agronomique de Paris-Grignon, je suis ingénieur agronomique. A l’école j’étais au bureau des élèves et j’avais déjà eu l’occasion de travailler avec l’amical des anciens qui nous aide grâce à son réseau, à découvrir le milieu professionnel. Pour ma carrière, je suis venu à Bruxelles dans différentes organisations et j’ai rejoint l’Amicale des Agronomes Français en Belgique (AAFB) qui regroupait les agronomes de Bruxelles dont une majorité des membres travaillaient à la direction générale Agriculture à la Commission Européenne. Puis, après avoir été secrétaire de l’association, j’ai remplacé le président lors de son départ.


- POUVEZ-VOUS NOUS PARLER DE L’AAFB ET DE SES ADHERENTS ?

Notre association regroupe les personnes qui ont suivis des écoles d’agronomie en France, qu’elles soient françaises ou étrangères. Nous avons aussi élargi aux ingénieurs agriculture voire aux diplômés des écoles vétérinaires. Nous organisons par exemple des diners conférence orientés vers l’agriculture et le développement durable et les ingénieurs agriculture sont sensibles à ces sujets.

- QUELLES SONT LES ACTIVITES ORGANISEES PAR VOTRE ASSOCIATION ?

Nous organisons une activité tous les deux mois tel que des diners conférences dans des restaurants. Nous organisons aussi des visites, comme par exemple celle dans la région d’Han-sur-Lesse d’une brasserie montée par un agronome belge ayant fait ses études en France. Nous avons également été visiter le site industriel de Lestrem dédié au groupe Roquettes Frères.
Nous n’avons pas de locaux propre. Mais il y a beaucoup de lieux propices à l’organisation de telles conférences à Bruxelles.

- QUELLES SONT LES MODALITES D’ADHESION DE NOUVEAUX MEMBRES ET LE PROFIL DE CES DERNIERS ?

Nous sommes un groupe régional de la fédération UniAgro qui est l’association qui regroupe tous les anciens ingénieurs des écoles d’agronomie. De nombreuses personnes qui souhaitent s’installer en Belgique nous contacte par le biais du site internet d’UniAgro, ainsi que des étudiants à la recherche de stage à la direction générale Agriculture de la Commission Européenne. Le bouche à oreille fonctionne également pour le recrutement de nouveaux membres. Nous sommes à peu près 130 membres à l’AAFB. Nos membres ont un profil varié, allant du fonctionnaire européen de la DG Agriculture en passant par un salarié de Danone, Carrefour ou encore un membre issu du secteur viticole. La moyenne d’âge de nos membres est extrêmement variée avec des jeunes arrivant en Belgique d’un côté et le groupe des anciens de l’autre.
Nos membres viennent principalement de Bruxelles mais certains aussi de Gand, de Wallonie et même de Séville pour notre ancien trésorier qui, d’Espagne, tient à être informé des actualités de notre association.
Nous avons également des Belges passés par des écoles d’agronomie françaises ainsi que des liens avec l’institut agronomique de Gembloux. Cette dernière échange avec nous les offres d’emploi qu’elle reçoit dans son secteur et j’ai pu lors d’une période de chômage, trouver un emploi grâce à ces offres répertoriés par l’institut de Gembloux.

- QUELLES SONT VOS PARTENAIRES EN BELGIQUE ?

Nous avons travaillé également avec les anciens de Sciences Po Paris lors d’une mandature du Parlement Européen où nous avons auditionné les parlementaires. Nous sommes en relation avec l’Union des Bretons de Belgique avec qui le 20 novembre nous allons présenter les perspectives de l’agriculture et de l’agroalimentaire breton à la représentation de la Région Bretagne à Bruxelles. Nous avions, par le passé, organisé un évènement sportif avec les Gascons de Belgique.

- COMMENT FONCTIONNE LA COMMUNICATION DE VOTRE ASSOCIATION ?

Nous n’avons pas à proprement parler de stratégie de communication. L’essentiel se fait au sein de notre réseau.

- QUELLE SONT VOS RELATIONS AVEC LE CONSULAT GENERAL ?

Nos relations sont tout à fait cordiales. Madame le Consul général a participé à notre dernière assemblée générale. Le Consulat général fait un excellent travail d’identification de toutes les associations françaises. Je suis également à titre personnel conseiller Consulaire de Belgique et j’ai donc des liens avec le Consulat pour développer l’entraide et la solidarité au sein de la communauté française.

- QUELS SONT VOS PROJETS A VENIR ?

Nous allons faire une sortie au Théâtre MagicLand, typiquement belge. Une sortie à bord d’un chalutier de pêche belge sur la côté est également en projet au printemps prochain. A l’avenir, une sortie au cœur de la production agricole française est envisagée.

- LE MOT DE LA FIN ?

J’apprécie beaucoup le travail du Consulat vis-à-vis de l’ensemble des associations françaises. Le rôle de ces associations est d’aider à l’intégration des Français et elles sont primordiales.

publié le 24/11/2014

haut de la page