Hommage aux victimes de la tuerie du Musée juif

JPEG

L’attentat terroriste commis le 24 mai 2014 au musée juif de Bruxelles, qui a fait quatre morts dont une Française, a suscité tant en Belgique qu’en France une vague d’émotion et d’indignation, et un mouvement de sympathie à l’endroit de la communauté juive de Belgique. L’Ambassadeur de France, M. Bernard Valero, accompagné du Consul général adjoint, s’est rendu sur les lieux de l’attentat le lendemain pour rendre hommage aux victimes.

La victime française, Dominique Sabrier, âgée de 66 ans, était une assistante bénévole du musée juif de Bruxelles. Récemment arrivée en Belgique où elle s’était inscrite à la faculté de droit, elle avait exercé la profession d’éditrice, à Paris, Genève, Tel Aviv et Bruxelles. Elle laissera l’image d’une personne généreuse et passionnée, tant auprès de ses proches que de tous ceux qui l’ont côtoyée.

Le Consul général de France, M. Sylvain Berger, a été en contact avec la famille, à laquelle le Consulat, fidèle à ses missions, lui a apporté son soutien et son assistance dans ce moment très difficile.

Le Président de la République et le Premier ministre belge se sont recueillis au musée juif de Bruxelles le 27 mai. Le Président de la République a fait part de sa vive émotion et condamné avec la plus grande fermeté ce crime odieux. Il a exprimé l’entière solidarité de la France au peuple belge dans cette épreuve et adressé ses profondes condoléances aux familles des victimes. Le ministre de l’Intérieur français, M. Bernard Cazeneuve, s’est également rendu ensuite sur place.

Le Conseil de la Vie Lycéenne du Lycée français Jean Monnet de Bruxelles a observé une minute de silence le mercredi 28 mai 2014 et publié le communiqué suivant au nom des élèves et du corps enseignant : « Samedi 24 mai, à 16 heures, une fusillade a éclaté au sein du Musée Juif de Belgique. Un couple de touristes israéliens, une bénévole française et un employé belge sont décédés dans cette effroyable tuerie. Cet acte injustifiable, révoltant, suscite, de par le monde, un sentiment d’indignation et de dégoût et nous rappelle que nul ne mérite de mourir pour ses convictions. Ainsi, nous voulons rendre hommage aux victimes. »

publié le 27/04/2015

haut de la page