M. Jean-Pierre Vidal : président de l’association des anciens élèves de l’ESSEC en Belgique

Découvrez le portrait et l’interview M. Jean-Pierre Vidal, connu pour ses fonctions de premier conseiller économique principal de M. Donald Tusk, président du Conseil européen, est responsable président de l’association des anciens élèves de l’ESSEC en Belgique.

M. Jean-Pierre Vidal est surtout connu pour ses fonctions de conseiller économique principal de M. Donald Tusk, président du Conseil européen, mais c’est pour nous parler d’une toute autre activité qu’il a gentiment accepté d’interrompre son agenda pour répondre à nos questions. M. Jean-Pierre Vidal est également président de l’association des anciens élèves de l’ESSEC en Belgique et participe pleinement à la communauté des Français de Belgique. Retranscription d’une interview sous le signe de la bonne humeur, dans son bureau, au Conseil européen :

- Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et revenir sur votre parcours ?

JPEGJe suis issu de la promotion 1991 de l’ESSEC, j’ai ensuite continué mes études et terminé par un PH.D (« Doctorat ») à l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni. J’ai par la suite rejoint le Centre Nationale de Recherche Scientifique (CNRS) comme chargé de recherche, avant d’intégrer la Banque Centrale Européenne (BCE) en 2000.

Je suis arrivé à Bruxelles en Juin 2011 initialement pour ouvrir le bureau de représentation de la BCE à Bruxelles, puis j’ai rejoint le cabinet du président Van Rompuy au Conseil Européen en septembre 2012 comme conseiller économique. En décembre 2014, je suis devenu le conseiller économique principal du nouveau président du conseil européen, M. Donald Tusk.

- Gardez-vous des liens étroits avec la direction de l’ESSEC ?

J’ai toujours gardé un lien avec l’ESSEC notamment via un fort réseau relationnel tissé au cours de mes années d’études. Lorsque je suis arrivé à Bruxelles, l’association des anciens étudiants de l’école en Belgique préexistait mais avait besoin d’un regain de dynamisme. Un ancien élève et ami m’a proposé d’assurer la présidence en juin 2011.

La délégation belge de l’association, dont je suis responsable, est une filiale de l’association des anciens élèves de l’ESSEC, basée à Paris. L’organisation fonctionne par centres régionaux de coordination. Une personne de l’association gère les différentes délégations dans les pays d’Europe du Nord avec qui je suis en relation pour la Belgique. Nous sommes en quelque sorte des ambassadeurs de l’ESSEC.

- Pouvez-vous nous expliquer le rôle de votre association ?

Notre association reste avant tout un groupe amical et de mise en relation professionnelle. Nous organisons de nombreuses rencontres au cours de l’année et souvent en partenariat avec d’autres associations d’anciens élèves. Il y a plusieurs types d’évènements dont l’organisation de dîners-conférences. Ceux-ci peuvent porter sur des problématiques économiques, européennes, ou commerciales par exemple.

Nous nous retrouvons également pour des soirées « networking », plus festives, particulièrement appréciées par les nouveaux diplômés et les stagiaires en poste à Bruxelles. L’association dispose également d’un rôle d’intermédiaire pour les élèves de l’ESSEC en recherche de stages à Bruxelles.

- Combien de personnes participent à vos évènements en général ?

La taille des évènements est très variable. L’évènement le plus récurrent, soit le dîner entre membres dans un restaurant compte une trentaine de participants. Nos événements les plus importants peuvent réunir jusqu’à 150 personnes d’horizons divers et variés, lorsque nous les organisons en commun avec les associations d’autres écoles. L’organisation de nos évènements se déroule sans accrocs, puisque chacun d’entre nous contribue, de par ses relations ou son poste actuel, au bon déroulement de la soirée.

Une des difficultés pour notre association réside notamment dans l’attractivité qu’exerce Paris, à 1h20 seulement de Bruxelles ! Un certain nombre d’anciens élèves vont ainsi avoir tendance à ne participer qu’aux évènements parisiens, ce qui est notamment le cas des personnes résidant entre Paris et Bruxelles.

- Quelles sont les liens existants entre votre association et les autorités françaises en Belgique ?

Nous n’entretenons pas de liens directs avec les autorités françaises, mais nous sommes toutefois référencés sur le site du Consulat et réceptifs à toutes informations utiles que le Consulat nous envoie régulièrement.

- Comment vous faites-vous connaître auprès des anciens élèves de l’ESSEC qui arrivent en Belgique ?

Il y a toujours dans les associations d’élèves, une base de données répertoriant les anciens élèves, et ici en l’occurrence les anciens de l’ESSEC résidant en Belgique, mise à jour régulièrement. Nous nous servons également d’une base de données de contacts établis depuis les prémices de l’association. Il est particulièrement intéressant pour les anciens élèves de l’école, de rejoindre notre association et participer ainsi à nos évènements qui peuvent déboucher sur des prises de contacts, de nouvelles amitiés, et même des opportunités professionnelles.

Nous disposons d’un groupe professionnel sur le réseau social Linkedin, où adhère bon nombre d’anciens élèves qui peuvent ainsi bénéficier d’annonces pour les évènements à venir. Nous avons réussi à constituer un bon groupe de membres réguliers et actifs qui participent volontiers à nos évènements.

- Quels conseils donneriez-vous aux anciens élèves de l’ESSEC qui souhaitent s’installer en Belgique et qui arrivent en Belgique ?

Je conseillerais aux anciens élèves de l’ESSEC de me contacter : jean-pierre.vidal@essec.edu, ou de contacter notre vice-président, Eric Mamer : eric2@mamer.eu ; ils auront ainsi la certitude de figurer sur notre base de données (rires) ! Notre association permettra aux nouveaux arrivants de développer un premier réseau de relations et de bénéficier d’une série de conseils pratiques relatifs à leur installation dans ce nouveau pays d’accueil.

Par exemple, quand je suis arrivé en Allemagne en 2000 pour rejoindre la BCE, j’ai tout de suite pris contact avec des anciens de mon école qui m’ont aiguillé en me donnant des conseils pratiques sur la vie en Allemagne et la ville de Francfort. Il est toujours utile de se renseigner sur les structures associatives existantes dans le cadre d’une expatriation. C’est notamment ce genre de conseils que je donne à mon tour aux anciens élèves de l’ESSEC pour qu’ils puissent bien réussir leur installation en Belgique !

Coordonnées de l’Association sur la page dédiée aux associations françaises à Bruxelles

publié le 26/04/2016

haut de la page