Rencontre avec Fabrice Andreone, président d’association

Monsieur Fabrice Andreone, Président de l’Association des Françaises et Français des institutions Communautaires et Européennes (AFFCE), a été interviewé au cœur du quartier européen.

Ce toulonnais installé en Belgique depuis de très nombreuses années est fonctionnaire européen auprès de la Direction générale de la recherche et de l’innovation à la commission européenne. C’est avec grande gentillesse et convivialité qu’il a accepté de répondre à nos questions et de revenir sur son parcours et son association.

JPEG - 47.8 ko
Fabrice Andreone au coeur du quartier européen

-Pouvez-vous vous présenter en quelques mots, revenir sur votre parcours et à ce qui vous a amené à l’Association des Françaises et Français des institutions Communautaires et Européennes (AFFCE) ?

Je suis diplômé de Sciences-Po et docteur en Droit et en sciences politiques. Après avoir été responsable des affaires européennes d’un grand groupe industriel français à Bruxelles pendant 4 ans, j’ai réussi un concours d’administrateur à la Commission européenne où je travaille depuis lors. Au cours de ma carrière, j’ai été affecté à la Direction générale de l’industrie, à la Direction générale des Ressources humaines et depuis 7 ans, à la direction générale de la recherche et de l’innovation où je m’occupe des relations entre la société, les citoyens, les politiques et les milieux de la recherche (Programme Science with and For Society, « la Science avec et pour la société », à l’horizon 2020). J’enseigne notamment à Sciences-Po Paris et je publie régulièrement dans des revues académiques et universitaires.

Je suis entré à l’AFFCE car je considère assez naturel de pouvoir se retrouver entre compatriotes fonctionnaires ou agents des institutions de l’Union Européenne.

-Quelle est l’histoire de cette association ? Combien compte-t-elle de membres ?

A l’initiative de Régis Malbois et de Roland Tavitian, un groupe de Français fonctionnaires à la Commission élabore un projet d’association qu’ils soumettent le 27 février 1981, à l’ensemble de leurs collègues. L’objectif central était d’assurer la représentation de ces Français fonctionnaires de la Commission auprès des autorités tant nationales que communautaires.

Ce « Groupe des Français fonctionnaires de la Commission » se transformera, le 4 mars 1982, en une association élargie au personnel des autres institutions communautaires : l’ « Association des Français Fonctionnaires des Communautés Européennes » (AFFCE).
En réponse à la création de l’AFFCE, les autorités françaises ont mis en place des structures de dialogue (Comité de fonctionnaires internationaux à Paris et nomination à la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne, d’un conseiller qui est le point de contact de l’association). L’association a été renommée « Association des Françaises et Français des institutions Communautaires et Européennes » en 2006, tout en conservant l’ancien acronyme.

L’AFFCE compte 350 membres et de très nombreux sympathisants. Une grande partie de nos membres sont des Français implantés depuis un certain temps en Belgique. Nous comptons aussi des jeunes ayant réussi récemment les concours européens et sommes également ouverts aux lauréats des concours.

-Quels sont les objectifs de l’AFFCE aujourd’hui ?

L’objectif de l’AFFCE aujourd’hui est double. Il s’agit de permettre aux Français des institutions de pouvoir se retrouver et échanger. Par ailleurs, l’AFFCE a pour but de représenter les intérêts des fonctionnaires et agents des institutions de l’Union Européenne auprès des autorités françaises, conformément au souhait de ses fondateurs ; afin de traiter des questions liées à l’expatriation (cotisations et transferts de droit à pension, scolarité des enfants, fiscalité, retour en France, etc.), au statut de la fonction publique de l’UE – qui est décidé en partie par les Etats membres - et à l’utilisation du français dans les instances européennes. Le français est la langue de travail de l’association, que ce soit pour la rédaction de documents ou pour l’organisation de manifestations et conférences.

Nous essayons d’aider un maximum de nos collègues sur des questionnements quotidiens et professionnels, en facilitant les échanges et les discussions, notamment grâce à des groupes de travail sur des thèmes spécifiques (fiscalité, concours etc.). En cas de problèmes dans le cadre de démarches administratives, nous n’hésitons pas non plus à mettre en relation nos collègues avec le Consulat général de France à Bruxelles.

-Comment procède l’AFFCE pour maintenir le lien avec les Français de Belgique et l’adhésion de nouveaux membres ?

Les liens avec les Français de Belgique passent en général par la socialisation dans différentes associations, par les lycées Français de Belgique ou tout simplement par le voisinage. Nous avons également organisé une Conférence, l’année dernière, pour promouvoir les lycées Français de Belgique, Bruxelles mais aussi Anvers. N’oublions pas que la communauté française à Bruxelles et en Belgique est très importante !
L’adhésion de nouveaux membres passe par le site web, le journal (AFFCE News), les manifestations organisées par l’association et les services rendus (fiscalité, problèmes statutaires, etc.) et vise autant les fonctionnaires français que les différents agents mais aussi les lauréats français des concours européens. Notre journal est publié quatre fois par an. Il est préparé par un Comité de Rédaction, créé au sein de notre association. D’une vingtaine de pages, il informe tous nos membres et nos sympathisants, en complément à notre site internet.

-Combien d’évènements organisez-vous par an ?

L’AFFCE organise environ 6 évènements par an. Il s’agit essentiellement de conférences sur des thèmes d’actualité ou citoyens (vie et débat politique, enjeux géopolitiques, etc.). Les conférences sont ouvertes à tous nos membres et à des externes, sous réserve d’une inscription. Elles se déroulent souvent dans des institutions européennes : à la Commission, au Conseil des Régions, pour l’essentiel. Des participants externes viennent régulièrement à nos Conférences : Consul général, Consul général adjoint, député des français du Benelux, membres de la Représentation permanente ou de l’Ambassade bilatérale, représentants des régions françaises auprès de l’Union Européenne ou les conseillers consulaires entre autres. Les participants à nos activités sont principalement des Français, mais pas uniquement, du fait de notre lien privilégié avec certaines autres associations représentant différentes nationalités présentes au sein des institutions européennes, le réseau polonais et ou l’Association des Grecs notamment.
La synthèse de nos événements est diffusée au fur et à mesure sur notre site internet et on peut y trouver toutes les informations nécessaires à une inscription. Il nous arrive parfois de profiter de la venue de personnalités à Bruxelles pour organiser un événement.
L’association organise également, au moins une fois par an, un évènement de convivialité. Le dernier était une dégustation de bières artisanales.

-Comment décririez-vous les rapports entre l’AFFCE et le Consulat général ?

Nos relations avec le Consulat général de France sont excellentes. Nous avons d’ailleurs organisé, au moins à deux reprises, une réunion avec le Consulat pour présenter les services consulaires existants et que nos collègues puissent poser leurs questions. Je dois noter la disponibilité et l’ouverture du Consulat et de ces agents aux problèmes – parfois spécifiques – des fonctionnaires et agents de l’Union Européenne. Je tiens d’ailleurs à profiter de cette tribune pour souligner le dynamisme et l’excellente organisation des services consulaires à Bruxelles.

-Quelles sont les difficultés actuelles que l’AAFCE éprouve ?

Les difficultés de notre association tiennent d’une certaine manière aux évolutions des institutions européennes et de l’Union qui se caractérisent par la précarisation de la fonction publique européenne, avec de plus en plus d’agents, bénéficiant de contrat à durée déterminée, et de moins en moins de fonctionnaires permanents. Il est évident que des personnes qui viennent passer quelques mois ou quelques années dans les institutions de l’UE ont un sentiment d’appartenance plus faible aux institutions et s’engagent moins dans des associations comme l’AFFCE.
Je profite donc de l’occasion qui m’est offerte pour lancer un appel à tous mes collègues français des institutions de l’Union Européenne et leur dire qu’ils sont TOUS les bienvenus quel que soit leur statut, leur grade ou leurs fonctions dans les institutions.

Si vous souhaitez des informations complémentaires sur cette association, n’hésitez pas à consulter le site de l’AFFCE ou à nous envoyer un message électronique : affce[at]ec.europa.eu

PNG - 1.9 ko
Logo de l’AFFCE

publié le 28/04/2015

haut de la page